Education : La non-scolarisation des filles coute cher | Direction Générale du Trésor

METEO

A LA UNE

Education : La non-scolarisation des filles coute cher

Education : La non-scolarisation des filles coute cher

 

Entre 15 000 et 300 00 milliards USD de perte de productivité et de revenus tout au long de la vie. C’est le coût estimatif de la perte enregistrée par les pays à cause de l’accès limité des filles à l’éducation et des obstacles à l’achèvement d’une scolarité de 12 ans. La non-scolarisation des filles prive ainsi les pays d’importants revenus. Actuellement, on estime le nombre de filles non scolarisées âgées de six à 17 ans dans le monde à 132 millions. 75% d’entre elles sont des adolescentes.

« Quand 132 millions de filles sont incapables de devenir ingénieurs, journalistes ou dirigeantes parce que l'éducation est hors de leurs portées, le monde perd des milliers de milliards USD qui pourraient renforcer l'économie mondiale, la santé publique et la stabilité. Si les dirigeants prennent au sérieux le projet de construction d'un monde meilleur, cela doit commencer par une mobilisation sérieuse d’investissements en faveur de l'éducation secondaire des filles », estime Malala Yousafzai, cofondatrice du Fonds Malala et lauréate du prix Nobel. Elle fait partie des plus grandes militantes de la lutte pour l’éducation des filles.

Il est, de ce fait, primordial pour un pays de prioriser l’éducation des filles. Outre le fait que les femmes ayant terminé leurs études secondaires ont davantage de probabilités de travailler et gagnent pratiquement deux fois plus que celles privées d’école, la scolarisation des filles permet également d’entrainer la quasi-disparition des mariages précoces, de diminuer d’un tiers le taux de fécondité dans les pays à fort accroissement démographique et de baisser la mortalité et la malnutrition infantiles.

« Il est temps de combler le fossé des inégalités dans l’éducation et de donner aux filles et aux garçons les mêmes chances de réussite, pour le bien de tous », indique la directrice-générale du Groupe de la Banque mondiale Kristalina Georgieva.

Partager cet article sur :

»»» Les articles sur le Trésor public

pornliz suckporn porndick pornstereo