Pêche : 169,2 millions de tonnes en 2015 | Direction Générale du Trésor

METEO

A LA UNE

Pêche : 169,2 millions de tonnes en 2015

Pêche : 169,2 millions de tonnes en 2015

 

La production mondiale de poissons, de crustacés, de mollusques et d’autres animaux aquatiques n’a cessé d’augmenter. En 2015, la production issue des captures a atteint 92,6 millions de tonnes, une augmentation de 1,6 % par rapport à celle de l’année 2014. L’année 2015 a marqué un nouveau record de la production issue des captures (88,3 millions de tonnes) si les captures, fortement variables, d’anchois du Pérou (Engraulis ringens) ne sont pas prises en compte. La production de l’aquaculture a atteint 76,6 millions de tonnes en 2015, en hausse de 4% par rapport à l’année précédente. Ces informations ont été révélées dans le rapport intitulé Statistiques des pêches et de l’aquaculture, publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) lors de la célébration de la journée mondiale de la pêche le 21 novembre 2017.

La Chine, premier producteur mondial

La Chine s’est classée en première position des principaux pays producteurs de pêche en termes de quantité, suivie de l’Indonésie, des États-Unis d’Amérique, de l’Inde et de Pérou. Dix-neuf pays ont capturé plus d’un million de tonnes en 2015, cumulant plus de 70% du volume global des captures. En 2015, l'anchois du Pérou a récupéré la première position parmi les espèces les plus capturées. Le lieu d'Alaska, le thon listao, le hareng de l'Atlantique et le maquereau espagnol du Pacifique ont suivi dans l’ordre. La base de données de la FAO sur les captures mondiales inclut, à présent, des statistiques relatives à plus de 1 650 catégories d’espèces marines exploitées. Cependant, vingt-cinq principales catégories d’espèces ou de genre représentent à elles seules environ 42% des captures marines globales. Plus de la moitié de ces espèces sont des petits pélagiques qui présentent une forte fluctuation due aux conditions environnementales.

Production stable depuis 1998

Des statistiques récentes confirment la continuation d’une situation de stabilité générale des captures totales au niveau mondial. Les variations de la production par pays, zone de pêche et espèce sont contrebalancées à l'échelle mondiale grâce au développement compensatoire de différentes pêcheries. Depuis 1998, lorsque des prises extrêmement basses d’anchois du Pérou ont réduit les captures mondiales à 85,8 millions de tonnes, le plus grand écart par rapport à la moyenne annuelle de 90,8 millions de tonnes, calculée sur la meilleure et la pire année (c’est-à-dire, 2000 et 2010 avec 93,5 et 87,8 millions de tonnes, respectivement) n’a été qu’à peu près de 3%. Les captures mondiales dans les eaux continentales étaient de 11,5 millions de tonnes en 2015. Bien que leur tendance à la hausse semble continuer, leur contribution à la production mondiale issue des captures reste inférieure à 13%.

Industrialisation de la production

Les flottes mondiales de pêche se composaient d'environ 4,5 millions de bateaux en 2015, un nombre relativement stable depuis 2008. Les flottes en Asie représentaient 75%, suivies par celles de l’Afrique, de l’Amérique Latine et des Caraïbes, de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Au niveau mondial, 65% des bateaux de pêche en 2015 étaient motorisés, dont la majorité en Asie, et quelque 85% des bateaux motorisés mesuraient moins de 12 m de longueur hors-tout (LHT) tandis que les bateaux plus grandes de 24 m (LHT) représentaient environ 2% de l’ensemble des flottes. Le secteur de la pêche et de l'aquaculture est une source de revenus et de moyens d'existence pour des millions de personnes dans le monde. En 2015, environ 56,5 millions de personnes travaillaient dans le secteur primaire des captures et de l'aquaculture et, sur ce total, 33% étaient employés dans l’aquaculture. L'engagement total des femmes à la fois dans les pêches et l'aquaculture est resté stable à près de 19% de la main-d'œuvre primaire. Le plateau atteint dans le nombre de personnes employées a continué depuis 2013-2015.

Partager cet article sur :

»»» Les articles sur le Trésor public